Madison Krauser – un joyau à Soyaux

C’est un sourire un peu fatigué qui nous accueille ce jour-là à Paris. Madison Krauser vient d’atterrir en France et se prépare à rejoindre son nouveau club, l’ASJ Soyaux. A peine le temps de se remettre de son long vol qu’elle s’apprête à chausser les crampons et attaquer sa carrière pro en D1 Féminine. Le rêve français, passer du soccer universitaire au football européen, elle n’est pas la première à l’avoir fait et ne sera certainement pas la dernière. De célèbres compatriotes ont déjà tracé la voie : Hope Solo, Tobin Heath, Megan Rapinoe, plus récemment Lindsey Horan, cette curiosité qui a choisi de simplement renoncer à une carrière universitaire pour évoluer sous les couleurs du PSG – et dont le parcours atypique a été récompensé par sa place en USWNT et au sein des Portland Thorns, où elle évolue comme un poisson dans l’eau.

Madison “Madi” Krauser a 22 ans. Californienne de naissance, elle nous vient tout droit du Colorado, où elle a joué sous les couleurs de Boulder. Comme tous les américains, Madison a été très tôt mise dans le bain du sport : “Quand j’étais enfant, mes parents nous ont mis rapidement à beaucoup de sports différents. Le soccer est ce qui m’est resté et ce qui s’est imposé comme une évidence : c’était le sport pour lequel je nourrissais le plus de passion.” Mia Hamm, Akers, Foudy… Telles sont les idoles de Krauser, bercée très tôt avec le succès des 99ers. Elle a même participé à une clinique organisée par Julie Foudy. Dans la génération actuelle, elle admire aussi Julie Johnston, la centerback des Red Stars. Avoir tant de grandes joueuses à admirer a nourri ma passion pour le jeu et m’a poussée à continuer à jouer.

Les récompenses s’accumulent déjà pour la jeune défenseure américaine, qui lie des compétences défensives à l’audace offensive. A Boulder, elle termine troisième meilleure joueuse de toute l’histoire de l’université, avec 16 assists et 9 buts inscrits sur 4 saisons. Pas mal, pour une défenseure. Dès sa première année d’étude, elle fait le roster de sa conférence, la 12-Pac All-Freshman team, en 2012, pour finir sa carrière universitaire avec trois nominations au 12-Pac All-Academic et une sélection au titre de MVP défensif de l’équipe en 2015. Autant de bonnes raisons pour poursuivre sa carrière au niveau professionnel !

En 2016, elle évolue en NWSL avec les Chicago Red Stars de Christen Press. Et cette même année, on retrouve la jeune américaine sous les couleurs d’un club français, l’ASJ Soyaux. “J’ai joué quelques semaines avec les Red Stars, mais je pense que c’était pas l’expérience que j’attendais. Alors je me suis dit pourquoi pas à l’étranger ?“, nous confie Madison avec un sourire. Elle a joué en pré-saison avec les Red Stars, affrontant des équipes universitaires avec de larges victoires assurées par les filles de Press. “Mais c’était déjà un niveau plus élevé que ce que j’ai pu avoir à l’université. Ce sont des matches qui sont plus physiques. En Europe, je m’attends à avoir des matches plus concentrés sur les compétences techniques des joueuses. Je m’apprête à faire face à de nombreux défis, en premier lieu apprendre le français (rires). Être loin de ma famille, je sais que ça va être difficile également, parce que je suis très proche d’eux. C’est toujours un challenge d’intégrer une nouvelle équipe et apprendre à connaître ses équipières.” Loin de sa famille et des siens, le voyage n’a rien d’anodin : “Tout le monde était super content pour moi, mais à mesure que le départ approchait, ils ont commencé à s’inquiéter un peu pour moi, parce que je ne connais personne en France. Mais au final, ils sont impatients de venir me voir jouer en France !

Junior forward Madison Krauser (4) shoves aside an Arizona Wildcats player at Prentup Field on Sunday, Nov. 2, 2014 in Boulder, Colo. Krauser went on to score the third and final goal for the Buffs and the team went on to beat the Arizona Wildcats 3-1. (Sarah Meisel/CU Independent)
Junior forward Madison Krauser (4) shoves aside an Arizona Wildcats player at Prentup Field on Sunday, Nov. 2, 2014 in Boulder, Colo. Krauser went on to score the third and final goal for the Buffs and the team went on to beat the Arizona Wildcats 3-1. (Sarah Meisel/CU Independent)

Une carrière qui ne fait que commencer, certes, mais de vrais objectifs fixés par Krauser : “C’est un autre niveau. L’objectif est de pouvoir progresser et améliorer mon jeu, avec des matches différents.” Se confronter aux meilleures joueuses du monde – l’agenda de la D1 commence fort pour Soyaux, qui affrontera en premier match l’Olympique Lyonnais – ? Ca ne lui fait pas peur. “Je suis impatiente. Ca va être la meilleure expérience de ma vie, de pouvoir jouer contre elles. J’ai vraiment hâte que ce voyage commence.

Le monde du soccer change, surtout aux USA. Et Madi en a été le témoin : “Après la victoire en Coupe du Monde, il y a eu un réel engouement de la part des gens. Il y avait beaucoup plus de monde dans les tribunes, que ce soit en NWSL comme aux matches universitaires, et les gens regardent les matches à la télé. La victoire de l’USWNT a permis au sport de gagner en popularité. Après la retraite de Wambach, on a dû dire au revoir à une génération, mais le jeu devient plus rapide, plus technique. L’USWNT est dans un nouveau cycle.” On ne peut qu’approuver.

Bonne chance, Madi !

Rédac-chef de WoSo France, social media manager, jase en français et en anglais. Quand elle n’écrit pas pour le site, elle regarde la NWSL, tweete aux canadiennes et joue aux jeux vidéo. Ou elle dort. Ca arrive.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *