Lauren Holiday subira une opération du cerveau dans les prochains mois

Tout le monde connaît Lauren “Forever Cheney” Holiday, dans le milieu du football féminin. Double championne olympique et championne du monde, double tenante du titre de la NWSL avec le FC Kansas City, la midfielder à qui tout souriait a pris sa retraite juste après la Coupe du Monde 2015, pour fonder une famille avec Jrue Holiday, basketteur pro chez les New Orleans Pelicans.

L’histoire est belle et on avait plus qu’à s’attendrir de leur couple qui s’affiche toujours très heureux sur Instagram, sans pour autant rentrer dans les détails de leur vie privée. Jusqu’à ce que le monde sportif tremble, lorsqu’on apprend que…

Jrue Holiday devrait manquer le début de la sacro-sainte saison de basket avec les Pelicans. La raison ? Il doit veiller sur sa femme, Lauren, qui devra subir une opération du cerveau juste après la naissance de leur fille, pour une tumeur que les médecins jugent bénigne. C’est littéralement ainsi que l’information a été traitée par les médias. Autrement dit sans trop s’embêter à mentionner le nom de Cheney et en mettant l’accent sur la carrière de Jrue Holiday, comme si tout ce que Cheney avait accompli était déjà sagement rangé dans un placard en prenant la poussière. 

Nous passerons rapidement sur le traitement de l’information par les médias, notamment sur les réseaux sociaux, pour se concentrer sur l’essentiel : d’après Jrue Holiday, la tumeur, diagnostiquée en juin 2016,  ne devrait pas mettre en danger la vie de Cheney ni de leur fille. Cependant, l’opération devra attendre la naissance de l’enfant, prévue aux alentours d’octobre de cette année – d’après l’article de nola.com, il est possible que les médecins déclenchent l’accouchement plus tôt, afin d’apporter au plus vite le traitement nécessaire à Cheney. Un délai de six semaines est requis avant l’intervention.

Le FC Kansas City, dernier club dans lequel a évolué Holiday, et ses supporters,  lui ont rendu hommage à la 12e minute du match contre Sky Blue, en chantant son nom. Cheney portait le numéro 12.

Laissons de côté la fébrilité autour de la suspension indéterminée de Jrue Holiday au sein des Pelicans quand certains médias sensationnalistes hurlent au sacrifice de Jrue. Nous souhaitons simplement à Cheney et lui beaucoup  de courage. Un peu de pudeur ne fait pas de mal pendant ces épreuves. Et surtout, un prompt rétablissement à la championne !

 

Notre mission : donner de la visibilité aux joueuses et aux clubs de football féminins et vous faire découvrir la National Women’s Soccer League (NWSL). Parce que si nous sommes fortes seules, nous sommes invincibles ensemble.

N’hésitez pas à nous contacter ou à commenter, nous répondons toujours !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *