John Herdman : “il nous a manqué la finition chirurgicale” – France Canada

Le 23 juillet, dans un stade Labbé Deschamps rempli de plus de 17 000 supporters français et une poignée de fans canadiens qui avaient fait le voyage, l’équipe nationale Canadienne, menée par Christine Sinclair, s’est inclinée devant la France, 1-0, sur un coup franc parfait de Camille Abily. On débriefe les impressions de John Herdman, le coach de la CANWNT.

C’est la déception qui se lit sur le visage de Stephanie Labbé, la goalkeeper canadienne qui officie également dans les cages du Washington Spirit, tandis que le coup de sifflet final est donné, et sur celui d’Herdman. Bien sûr que ce dernier match de préparation pour les Jeux Olympiques de Rio n’était “qu’un” amical. Et pourtant, on ne peut pas s’empêcher de ressentir un peu d’amertume. Les Bleues ont poursuivi leur lancée victorieuse, après avoir écrasé la Chine 4-0 à Charléty, la semaine passée. Elles ont retrouvé leur technicité et leur sens du collectif. Portées par un stade plein à craquer, la victoire n’en est que plus délicieuse. Pourtant, on est loin d’une victoire totale qui pourrait assurer une confiance parfaite. Là où les françaises sont reines dans leur catégorie technique, les canadiennes ont opposé un collectif et un physique qui ont fait de ce match le point d’équilibre entre ces deux gros atouts, opposant depuis longtemps le football européen et le soccer nord-américain.

Sur la route de Rio, prête à s’achever, la méfiance française sera de mise et l’espoir canadien est permis. Après une médaille de bronze historique à Londres en 2012 et un goût désagréable après leur quart de finale à domicile raté contre les anglaises, les canadiennes ont les crocs. Si d’emblée les bleues opposent une agressivité parfois débordante et mal placée contre les canadiennes d’Herdman – Claire Lavogez qui bouscule Diana Matheson sur la touche -, ces dernières renversent la vapeur en deuxième mi-temps, éprouvant le physique français autant offensivement que défensivement. Double frayeur française quand Sarah Bouhaddi fait une très mauvaise sortie, laissant ses cages non protégées, avec heureusement Delannoy qui était là pour couvrir, et le but, déclaré offside après concertation, sur une reprise chaotique de Fleming.

Mais en-dehors de ça, les canadiennes offrent une performance solide, courageuse et sans concession – parfois un peu trop -. La seule chose qui manque ? La fameuse finition, qui fait aussi défaut aux françaises. Les dernières arrivées comme les vétérans ont su être au rendez-vous, on pense à Kadeisha Buchanan – qui s’aligne avec… University of West Virginia, quand elle n’évolue pas sous les couleurs nationales – et Zadorsky en défense, moyenne d’âge 21 ans, comme Diana Matheson, la patronne du midfield, petite par sa taille mais grande par son talent, et bien évidemment l’indétrônable Christine Sinclair. Wilkinson, Scott. Lawrence, la buteuse contre la Chine. Janine Beckie. Sophie Schmidt. Et Jessie Fleming, la Mal Pugh du Canada, 18 ans au compteur. Toutes capables de faire la différence et briller sur le terrain.

Stephanie Labbé, la portière titulaire, s’est montrée solide et a su gérer la pression, autant lorsqu’il fallait monter – et remporter – au duel, que lorsqu’il fallait renforcer l’attaque canadienne dans le dernier corner de la rencontre. Avec ses 34 caps, elle a de quoi rassurer et se promet une bonne carrière dans les buts rouges et blancs. Si contre Camille Abily elle n’a rien pu faire, qui le pourrait ?

WoSoFrance_JohnHerdman_ChristineSinclair
John Herdman et Christine Sinclair partagent un moment, après le match (photo : WoSo France)

En sortant du terrain, le visage fermé de Christine Sinclair suffit à faire comprendre le message. Parce qu’elles ne sont pas passées loin, les canadiennes. Pas loin de l’égalisation, pas loin de la victoire. Elles ont montré qu’elles pouvaient faire face à une équipe qui se revendique aussi technique que la France et renverser la vapeur. Mais son visage s’éclaire très vite, quand elle partage un moment avec John Herdman, sur la ligne de touche. Finalement, il y a de bonnes leçons positives à tirer de ce match : “On est évidemment déçus, mais on part à Rio avec la certitude que l’on peut battre cette équipe“, se confie John Herdman, beaucoup d’amertume dans la voix. “Si vous voulez que je sois honnête, à mes yeux, on méritait la victoire. On a su se mettre dans le match dès le début. Il nous a simplement manqué cette finition chirurgicale pour produire le résultat qu’on attendait et un manque d’impact dans le dernier tiers. Mais il nous reste du temps. Je suis très fier de la performance de Jessie Fleming. On a beaucoup travaillé sur son côté offensif et ce qu’elle a livré ce soir est magnifique. Je suis sûr que ses parents sont fiers d’elle. Elle est capable de proposer des solutions et se connecter avec des joueuses au top niveau comme Sinclair. On a eu de belles occasions sans pouvoir faire rentrer le ballon dans les filets, c’est dommage, mais c’est la vie.

Encore une preuve, s’il en fallait, que la domination sur le terrain ne garantissait pas la victoire.

Retrouvez la vidéo complète de l’interview post game de John Herdman ici :

Le Sounds and Sights de France v Canada arrivera bientôt, avec en bonus, les images captées.

Vidéo : Canada Soccer Association

Image : WoSo France

Notre mission : donner de la visibilité aux joueuses et aux clubs de football féminins et vous faire découvrir la National Women’s Soccer League (NWSL). Parce que si nous sommes fortes seules, nous sommes invincibles ensemble.

N’hésitez pas à nous contacter ou à commenter, nous répondons toujours !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *