Ashlyn Harris – Sauver bien plus que des ballons

Note de l’auteur : Il est difficile de publier cet article par les temps qui courent. Et en dépit de l’horreur, il ne faut pas s’arrêter. Chez Women’s Soccer France, nous avons choisi de ne pas l’ignorer. Nous nous joignons à la douleur des proches des victimes et nous espérons que le fond du discours d’Ashlyn Harris, sur l’importance cruciale d’avoir des discussions, sur les sujets les plus difficiles comme ceux qui sont les nôtres en ce moment, n’apparaîtra pas déplacé, bien au contraire. Parlez-en. Parlons-en. Cela ne retirera pas l’horreur de ce qui s’est passé. Mais mettre des mots sur ses émotions et ses sentiments permet aussi de se souvenir que nous ne sommes pas seuls dans ces épreuves.


 

Une passion brute. Des saves spectaculaires – il suffit de regarder le dernier match des Washington Spirit de la saison 2015 pour s’incliner devant la performance -. Une coéquipière hors pair, capable de sortir de ses cages pour se précipiter aux côtés d’une Ali Krieger blessée à la tête et rester près d’elle jusqu’à son évacuation du terrain. Une voix, également, douce, contraste violent avec son physique impressionnant. Une voix dont elle se sert pour la bonne cause. Parce qu’elle est bien plus qu’une goalkeeper de talent.

L’histoire d’Ashlyn Harris n’est pas rose. C’est elle qui en parle le mieux dans la featurette vidéo de l’US Soccer, diffusée à la veille de la FIFA Women’s World Cup 2015. Il y a des antécédents d’addiction dans sa famille. Quand le silence est parfois la loi, Ashlyn Harris préfère en parler, quitte à ce que cela mène à des discussions houleuses. “Utiliser ma voix a toujours été une passion pour moi. On est tous des gens brisés quelque part. Et on doit tous apprendre que c’est normal d’en parler. Que c’est normal d’en baver. Que c’est bien d’être sincère. Que c’est ok d’avoir des discussions difficiles. Ca me tient vraiment à coeur. To Write Love on Her Arms me permet d’utiliser ma voix et ma passion d’une façon positive et aider ceux qui sont en difficultés face à la dépression, aux addictions, l’auto-mutilation ou encore le suicide. Ca me permet d’être l’épaule sur laquelle ils peuvent se reposer, s’ils ont besoin de quelqu’un pour se sentir acceptés et aimés.” Elle offre tout simplement le premier pas vers la guérison, avec les autres volontaires de l’association.

“On est tous brisés, quelque part. Je veux simplement faire en sorte que les personnes qui souffrent sachent que c’est important d’en parler.”
Ashlyn Harris

Elle se confie à Erin Johnson sur Ambitious.com à propos de cette mission, à propos de son histoire et son enfance. Elle grandit dans une petite ville de Floride, avec son frère, Chris. Elle a pu voir ses parents se battre pour eux, que ce soit pour l’obtention de timbres alimentaires ou simplement devoir travailler jour et nuit. Cela n’a pas empêché d’avoir des moments très difficiles, où se mêleront dépression et addictions. La famille en souffre, et les Harris divorcent avec pertes et fracas. Si Chris part en roue libre, c’est le signal pour Ashlyn Harris : il lui fallait trouver une issue. Pouvoir intégrer une université et quitter cette petite ville floridienne qui l’a vue grandir. On connait son parcours : en 2002, elle remporte la Coupe du Monde féminine de la FIFA avec l’USWNT U23, deux fois le championnat NCAA avec Tar Heels en 2006 et 2009, est sacrée vainqueur de la Women’s Professional Soccer avec les Western New York Flash en 2011, en raflant par la même occasion le titre de meilleure gardienne de la WPS, et remporte la FIFA Women’s World Cup 2015 avec l’USWNT. Et pourtant, elle reconnait humblement ne pas être épargnée par cette lutte interne. En un sens, son parcours rappelle celui d’Hope Solo : entre la gloire et les paillettes, les zones d’ombre. Et surtout, l’envie de s’en tirer.

Le soccer lui permet d’aller à l’université, grâce à une bourse octroyée par l’Université de Caroline du Nord. Elle fait ses bagages et disparaît pendant un moment de la Floride. En dehors du terrain de foot, elle étudie la communication – ce qui l’aidera à en apprendre plus sur elle-même. Elle ne retournera que bien plus tard chez elle, une fois sa mère redevenue sobre. Le ressentiment à l’égard de sa famille l’empoisonne. Il lui faut atteindre un certain recul, une certaine maturité, pour comprendre que la faute ne revenait ni à sa mère ni à elle, mais à l’addiction. Et ainsi reconstruire une relation positive avec sa mère. “Ce n’est qu’à partir du moment où on a pu parler ouvertement (de l’addiction ndla) que les choses peuvent changer. Ces cinq dernières années, j’ai beaucoup mûri, avec une meilleure compréhension de l’addiction, l’apprentissage du pardon et l’acceptation. Avoir des vraies discussions à ce sujet m’a permis de me forger. TWLOHA m’a aidée et je suis désormais capable d’aider les autres. Ca a été une évidence pour moi, de m’impliquer au sein de l’association, avec mon histoire et ma famille“.

Elle est humble, Ashlyn Harris. Et pragmatique : “Je veux que ma vie ait une réelle signification. Mon job ne définit pas ce que je suis. Le football n’est pas ce que je suis, c’est ce que je fais. Si je dois être sous les projecteurs, alors il faut que cela serve à quelque chose. Je veux aider les gens et je le fais grâce à TWLOHA. Peut-être que parfois vous sentez que vous devez accomplir de plus grandes choses, le soccer a été ma façon de le faire, pour gagner de l’influence et devenir une personne sur laquelle les gens peuvent compter. Entendons-nous bien, cela ne m’a pas été donné : je me suis battue et j’ai travaillé d’arrache-pied pour obtenir ce don. Je pense que vous créez vos propres opportunités. C’est le reflet des choix que vous faites tout au long de votre vie. Chaque jour est un cadeau. Chaque jour, je me réveille et je suis reconnaissante. Pas d’avoir le job que j’ai. Je suis reconnaissante envers les gens qui sont présents dans ma vie et de la vie que je me construis. Je veux avoir des relations ouvertes et sincères avec les gens. Et au fond, c’est simplement une question d’exister.

Si l’histoire d’Ashlyn Harris éveille en vous des échos, que cela soit pour vous ou pour un ami ou une connaissance, que vous vous sentez seul(e), n’hésitez pas à visiter le site de TWLOHA ou contacter les différentes lignes mises gratuitement à disposition :

TWLOHA

Liste des lignes d’écoute françaises

Avec l’aimable autorisation de l’auteur de l’article original, Erin Johnson.

Photo et vidéo : US Soccer

Rédac-chef de WoSo France, social media manager, jase en français et en anglais. Quand elle n’écrit pas pour le site, elle regarde la NWSL, tweete aux canadiennes et joue aux jeux vidéo. Ou elle dort. Ca arrive.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *